6) Mècle/Murat sur Vèbre le 24/07

Publié le par laurentour

 

...Sur le chemin d'Arles...

 

 

 

Km : 25

Cumul : 109

Météo : 15 degrés - nuageux - vent

Depart : 8h00

Alt : 400 m - 1000 m - 850 m

Département : Tarn

Hébergement : Gite communal 6.50 €

Parcours : 5/5

 

Aujourd'hui était ma dernière grosse étape dans le département de l'Hérault avant de rejoindre en milieu d'après-midi et après avoir délivré une grosse bataille dans les montées aux sols jonchés de caillasses, le département du Tarn à Murat sur Vèbre (Alt. 850m) célèbre pour ses statues-menhirs façonnées par les premiers paysans-éleveurs de la fin de la préhistoire (3300 à 2200 Av. J.C) toujours dans la région du Haut-Languedoc. D'ailleurs on peut se rendre compte en traversant cette partie du parc régional quelques traces laissées par les anciennes populations qui s'installèrent dans ces endroits riches en ressources naturelles : abris naturels pour les vivants, grottes pour les morts, nombreux minerais (grès, cuivre, roches dures, argiles...), forêts primaires défrichées, terrasses d'agricultures, chemins sculptés dans la roche, menhirs, croix, tombes, chapelles... Et je confirme pour avoir parcouru une partie de ce chemin d'Arles qui passe dans l'Hérault et surtout au départ de St. Guilhem le Désert au pied du cirque de l'Infernet, que le chemin jusqu'à aujourd'hui n'est pas aussi simple à traverser qu'on pourrait le croire ! Ce n'est pas tant les distances entre chaque étape de 20 à 30 km puisque c'est le minimum syndical sur pratiquement toutes les anciennes voies de pèlerinage, mais les nombreuses descentes et montées en début et fin d'étapes sur des sentiers carrossables limite praticables. A en juger aux articles laissés par les poursuivants dans les livres d'Or des gites, plus d'un a puisé au fond de la chaudière pour enquiller ces satanés cols qui vous mettent le buffet en surchauffe tant l'atmosphère granitique des lieux vous étouffe à chaque appui. Par contre une fois franchis dans l'effort et la chaleur les flans galbés de ces jolies montagnes appartenant géographiquement au massif central, un paysage nouveau s'ouvre unique en son genre. La vue se dégage, un autre monde jaillit sans limite administrative ne faisant plus qu'un avec l'environnement, s'arrondissant au fur et à mesure que l'on porte le regard au loin rappelant les horizons des navigateurs caporniens lorsqu'ils découvrirent de nouvelles terres surgissant des océans. Demain commence un autre chemin moins accidenté et plus reposant dans les vallées et plateaux du Tarn tout de même aux alentours de 800 mètres d'altitude et plus, avant d'attaquer le pic de Nore (1200 mètres) dans quelques jours pour rejoindre Carcassonne sur un autre chemin de pèlerinage qu'est le chemin du Piémont. En fin d'après-midi arrivera au gite un jeune couple Allemand décidé eux aussi à se rendre à Saint Jacques de Compostelle. FIN DE L'ETAPE.

Publié dans Tarn

Commenter cet article