12) Carcassonne/Fanjeaux le 03/08

Publié le par laurentour

...Le chemin du Piémont...

 

 

Km : 31

Cumul : 262

Météo : 22 - nuageux

Depart : 8h00

Alt : 112 - 350

Département : Aude

Hébergement : Couvent des Dominicaines de la Sainte Famille 15 €

Coquilles : 3.5/5

 

 

Après 2 jours et demis de relâche au pied de la cité médiévale engloutissant par paquets les touristes, bien reposé au centre d'hébergement de Notre-Dame de l'Abbaye en compagnie d'un groupe de marcheurs Italiens et d'une Anglaise de passage, je peux maintenant démarrer le nouvel itinéraire de 380 km balisé GR78 en direction Bruges/Mifaget, 35 km après Lourdes. En attendant, l'étape du jour se présente plutôt longue, entres vignes et petites collines où demeurent en bordure du chemin quelques villages Audois chargés d'histoires, empreint aux événements du catharisme qui secouèrent le Languedoc au XIIIè siècle, encore fortement perceptible dans cette région du Lauragais. Sur le chemin je traverserais et m'arrêterais au superbe village de Montréal, anciennement bâtît sur un oppidum près d'une voie romaine où s'élevait un château en 1163 aujourd'hui disparu par les ravages des guerres et croisades. Le village sur-élevé, on aperçoit depuis la plaine l'imposante collégiale Saint Vincent de style gothique méridional qui possède une nef unique de 22 mètres et d'un porche sculpté remarquable au devant de l'entrée principale surmonté d'un pignon triangulaire. Les montants possèdent des chapiteaux sculptés de motifs végétaux et d'animaux monstrueux. Le village reconstruit sur les anciennes fondations entouré de chênes, a gardé sa patine d'antan avec ses placettes ombragées et ses petites rues étroites aux façades de pierres et de boiseries. A visiter absolument. Reprenant la balade par le chemin Dominique alias Dominique Guzman (1207) j'ai encore quelques villages à traverser entres les vallons avant de rejoindre celui de Fanjeaux. Complètement différent de la voie d'Arles, ici on retrouve un peu la voie du Puy malgré que le chemin du Piémont ne soit pas considéré comme voie majeure de pèlerinage mais davantage voie secondaire d'après les textes anciens. Comme je le soulignais, c'est un vrai bonheur de retrouver autant de villages racontant une histoire différente à chaque étape... on peut stopper le temps d'une escale en visitant les édifices ou bien prendre un café en terrasse. Me sentant plutôt bien physiquement sûrement dû à la petite préparation en première partie, j'avale la trentaine de km séparant Carcassonne-Fanjeaux sans ressentir de douleurs majeures. Pile dans le viseur, je voir arriver le village de Fanjeaux me rappelant quelques souvenirs de la voie du Puy et ses plus beaux villages de France labellisés. Celui-ci n'est pas mal non plus, accroché à sa butte, anciennement temple dédié à Jupiter puis oppidum romain, la vue sur la montagne Noire et les Pyrénées orientales par temps clair doit valoir quelques clichés HD. Même destin qu'au village de Montréal et comme tant d'autres, le château et ses fortifications de 14 tours ravagé et incendié lors des disputes inter-provinciales de l'époque, puis reconstruit sur les anciens plans du moyen-âge. Au XVIeme le village connu une paisible prospérité grâce à la culture du Pastel. Franchissant la rivière par-dessus le pont, je stoppe à la terrasse du café et contact le couvent des Dominicaines de Sainte Famille pour réserver une nuitée. Accordée par la sœur supérieure, Coréenne, je file par une petite ruelle caladée aux façades boisées de poutres où est inscrit sur le fronton d'une porte l'année 1666, puis débouchant devant l'ancienne hall du XVIIIeme toujours soutenue par sa vieille charpente en chêne je vois arrivée la porte du couvent des Dominicaines toute proche de la splendide église paroissiale de Fanjeaux d'une hauteur de clocher de 40 mètres. Reçu par une des sœurs, je logerais dans une chambre près du cloitre et de la petite chapelle jusqu'au lendemain matin. Crédentiale tamponnée - FIN DE L'ETAPE

Publié dans Aude

Commenter cet article